Shere Kahn

Moi, c’est Shere Kahn, comme le tigre dans le Livre de la Jungle de R. Kipling.

On m’appelle aussi Ka-kahn, Monsieur du Kakahn, Maurice (comme  le poisson rouge qui a mangé les choco-suisses ), l’arsouille ou le gros pépère, c’est selon l’humeur.

Il faut dire que ça commence à faire un bon bout de temps que j’habite avec mes bipèdes et que je les suis dans toutes leurs pérégrinations. J’ai visité tous les cabinets où mon maître à fait des remplacements, le Lot-et-Garonne, la Charente, la Gironde, on a déménagé 3 fois depuis que nous sommes ensemble et à chaque fois je me suis fait à ma nouvelle vie sans broncher.

Même si j’ai une tête de chartreux, je n’en suis pas vraiment un. En fait, je suis le fruit des amours entre une maman-chartreux et un papa-angora, mais j’ai pris quasiment tout de ma maman. Les différences ? Avec l’âge, j’ai les yeux qui ont pris quelques traces de vert (ça ne se fait pas il parait chez les vrais-chartreux-pure-race) et mon poil même s’il a une couleur bleu-gris typique est légèrement plus long et touffu.

Je suis né un chouette jour, le jour de la fête des amoureux, la Saint Valentin, le 14 Février ! Avouez que c’est quand même la classe.

Malheureusement, en parlant d’amours, pour me protéger de moi-même et de mes pulsions bestiales (groaaarrr), mes bipèdes m’ont fait castrer à l’âge réglementaire. Résultat, je ne suis pas coureur mais plutôt pépère-tranquille. Cependant il ne faut pas s’y fier, je suis un dominant, quand j’étais plus jeune, je faisais la loi dans mon quartier !

Je n’aurai jamais de descendance mais j’ai toujours eu un coté très grand-frère avec mon bipède de frère. Quand il n’était qu’un petit bébé, je le surveillais toujours à distance et j’allais prévenir ses parents quand il se réveillait. Maintenant qu’il a grandi, c’est tout pareil et quand il n’est pas là je garde son lit au cas où quelqu’un voudrait lui prendre !

Avec Fripouille, là aussi je suis très protecteur… et patient ! Quand elle était petite, je lui fais régulièrement sa toilette pour essayer de la calmer quand elle s’excitait comme un petit chaton qu’elle était, ou bien encore, je lui montrais comment faire certaines choses qu’elle ne maîtrisait pas parfaitement..

On a l’habitude de dire que les chats c’est indépendant et bien moi j’aime bien mon petit monde. Si je sors faire un tour dans le quartier, il faut impérativement que je revienne régulièrement vérifier que mes bipèdes sont toujours là. Ils sont là ? Ouf, je repars rassuré ou je rentre recevoir une petite caresse ou me reposer. L’un d’eux s’affaire dans le jardin, pas de problème je le suis toujours à portée de regard.

 

 

This entry was posted in Les chats and tagged . Bookmark the permalink.

One Response to Shere Kahn

  1. Pingback: Un déjeuner en famille | Les chartreux d'Eärendil

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *